Accueil
Accueil Boutique OPTCARD & Télécartes English Mon Caddie
ACTUALITES
 
ABONNEMENT
APPROVISIONNER SON COMPTE
PROGRAMMES
RETRAITS
MUSEE VIRTUEL
HISTORIQUE
LE CENTRE
NOUS CONTACTER
OPTCARD & Télécartes
DE POLYNÉSIE
 
 
Les fleurs
Emis le: 23 septembre 2004
Maquette: COM-OPT
Les fleurs
METROSIDEROS COLLINA
Noms communs polynésiens : « pua rata » (Société), « heua »(Marquises Nord), « feua » (Marquises sud), « kopapa » (Rapa), « rata » (Raivavae).
Le genre Metrosideros appartient à la famille botanique des Myrtacées comme le pommier-rose « ‘ahi’a tahiti » (Syzygium malaccense), le faux-pistachier (Syzygium cumini), ou le goyavier (Psidium guajava). Son nom scientifique vient du grec metra qui veut dire « bois de cœur » et sideron qui signifie « fer », en référence à son bois dur. Il comprend environ 50 espèces restreintes dans la région du Pacifique. Des études génétiques récentes ont montré que le centre d’origine des Metrosideros se situe en Nouvelle-Zélande et qu’ils auraient colonisé les îles Hawaii en passant par l’archipel des Marquises. Leurs graines extrêmement résistantes auraient été transportées d’îles en îles par les vents de haute altitude qui traversent le Pacifique d’Ouest en Est.
L’espèce Metrosideros collina trouvée en Polynésie française est indigène dans tout le Pacifique. Elle est présente dans toutes les îles volcaniques hautes de la Société, des Marquises et des Australes, et absente des atolls et atolls soulevés. Elle peut-être trouvée à basse et moyenne altitude sur les collines sèches et ensoleillées comme en forêt humide de montagne et sur les crêtes d’altitude. Metrosideros collina est l’un des arbres dominants des forêts de nuages et dans les maquis sommitaux où il se caractérise par sa petite taille et une forme rabougrie. Plusieurs variétés endémiques ont été distinguées en Polynésie française mais Metrosideros collina est extrêmement variable dans sa forme.
Petit arbre de 2 à 15 m de hauteur, Metrosideros collina est facilement reconnaissables par ses petites feuilles opposées, coriaces, rondes à ovales, glabres ou pubescentes et par ses « pompons » de fleurs rouges, jaunes ou oranges. Riches en nectar, celles-ci attirent de nombreux insectes et oiseaux nectarivores qui servent de pollinisateurs.

WEINMANNIA PARVIFLORA
Noms communs polynésiens : « aito mou’a » (Société), « ataa » (Marquises).
Le genre Weinmannia appartient à la famille botanique des Cunoniacées, autrefois appelée Saxifragacées. Il comprend environ 190 espèces réparties en Amérique du Sud, aux Antilles, à Madagascar, aux îles Mascareignes, en Malaisie, en Nouvelle-Zélande et dans les îles du Pacifique. Les Weinmannia sont absents des îles Hawaii. Il existe six espèces endémiques en Polynésie française.
Comme les graines de Metrosideros, celles de Weinmannia seraient résistantes au froid, à la dessication et à l’eau de mer et seraient adaptées à une dispersion par les vents, mais pourraient être également dispersées par les oiseaux en s’accrochant à leur plumage. Ces caractéristiques expliqueraient le succès des Weinmannia dans la colonisation des îles du Pacifique.
Les espèces endémiques de Weinmannia en Polynésie française sont caractéristiques des forêts humides d’altitude appelées également forêts de nuages en raison de la ceinture nuageuse diurne persistante, et que l’on trouve généralement au dessus de 400 à 600 m d’altitude en fonction de l’exposition au vent. A Tahiti, l’espèce W. parviflora var.
parviflora est l’arbre dominant dans les forêts de nuages.
Petit arbre de 2 à 10 m de hauteur, Weinmannia parviflora est reconnaissables par ses feuilles opposées, ovales, à marge crénelée, et de petites inflorescences dressées composées de très petites fleurs blanches (d’où son nom latin de parviflora).
”Jean-Yves MEYER, Délégation à la Recherche.
Nombre d'unités: 40 Nombre de tirages: 50000
Prix unitaire: 1550 FCFP
(12,99 €)
Ajouter à mon caddie Qte
 Retour en haut de page
Accueil Aide Contacts Publicité Mentions légales Conditions de vente