Accueil
Accueil Boutique Timbres-poste English Mon Caddie
ACTUALITES
 
ABONNEMENT
APPROVISIONNER SON COMPTE
PROGRAMMES
RETRAITS
MUSEE VIRTUEL
HISTORIQUE
LE CENTRE
NOUS CONTACTER
      
 100 ANS DE LA MORT DE MILAN RATISLAV ŠTEFÁNIK
  Emis : 13 septembre 2019
  Procédé d'impression : Offset
  Imprimerie : Phil@poste
  Production : FARE RATA 2019
 
  Produits associés à cette émission :
   - Enveloppes premier jour

Jeune homme, Milan Ratislav ŠTEFÁNIK étudie l’astronomie à l’Université Charles-Ferdinand de Prague, où il est l’élève de T. G. MASARYK et se prononce ouvertement contre la politique pro-hongroise.

Voulant poursuivre ses études d’astronomie, il part pour Paris. Il travaille alors à l’observatoire de Meudon et prend part à plusieurs ascensions du Mont Blanc.

Dans son domaine de recherches, il se consacre surtout à l’observation du soleil et des météorites. Pour ses résultats dans le domaine de la météorologie et de la télégraphie, le gouvernement français lui décerne la croix de la Légion d’honneur.

C’est dans cette démarche que ŠTEFÁNIK laissera son empreinte en Polynésie en venant observer le passage de la comète de Halley à Tahiti après la construction de l’Observatoire en bois sur les hauteurs de Sainte Amélie, au Mont Faiere. L’Observatoire fut accidentellement incendié le 9 septembre 1948.

La venue de ŠTEFÁNIK a incité, notamment à travers ses activités photographiques, plusieurs familles d’origine Tchèques et Slovaques à s’installer à Tahiti, à partir de 1926.

Ces familles ont créé une société Tchèque de colonisation, soutenue par une banque de Prague. Certains tenteront de coloniser la vallée de la Papenoo, d'autres, le plateau de Toovi à Nuku Hiva, suite aux dissensions internes.

Parmi les arrivants on peut citer : Jaroslav Otcenasek, Jean Duchek, Rudolph Panek, François Cap, Rudolph Klima, et Milos Rivnac. D'autres, moins connus, sont allés par la suite, travailler à Makatea.

Quand éclate la Première Guerre mondiale, ayant la nationalité française, il s’engage dans l’armée française, qui met à profit ses qualités de scientifique.

Il soutient alors le projet de création d’un État tchécoslovaque indépendant mené par MASARYK. En 1916, il prend part à la création du Conseil national tchécoslovaque, organe représentatif du futur État.

Il aide également à la formation des Légions tchécoslovaques en Italie, en Serbie, en Roumaine et en Russie.

Parmi ses succès diplomatiques les plus éclatants, on citera le Décret de constitution d’une armée tchécoslovaque en France, émis en décembre 1917 par le gouvernement français.

En tant que spécialiste réputé et pour ses excellentes relations avec l’élite politique des grandes puissances de l’époque, ŠTEFÁNIK décide de s’engager dans la résistance à l’étranger.

Dans le trio qu’il forme avec MASARYK et BENEŠ, il est chargé d’une tâche importante : négocier avec les grands représentants de la Triple-Entente, bien que ses opinions diffèrent largement de celles de MASARYK sur certains points.

La forme que doit prendre le futur État tchécoslovaque, par exemple, fait partie des thèmes sensibles, car ŠTEFÁNIK a des réserves importantes sur l’organisation de la République.

Toutefois, il cherchera et trouvera toujours le compromis. Lors de la création du gouvernement tchécoslovaque, il est nommé au poste de ministre des armées.

Il prend en charge les troupes étrangères, notamment les Légions. Ceci lui vaut de participer à la conférence de paix de Paris. Au printemps 1919, ŠTEFÁNIK regagne enfin sa patrie, mais il meurt tragiquement le 4 mai de la même année dans un accident d’avion près de Bratislava.

Cet avion, un caproni Ca.3, décolla au matin de l’aéroport de Campoformido en Italie mais lors de son approche à Bratislava il s’écrase à 4 km de la piste d’atterrissage avec 4 personnes à son bord.

Aucun d’eux ne survécu au crash c’est ainsi que l’aéroport de Bratislava sera plus tard renommé l’aéroport Milan Ratislav ŠTEFÁNIK en mémoire de cette grande figure.

La Poste de Polynésie française, Fare rata honore cet homme d’exception apprécié des polynésiens qui le surnommèrent « Taata Hi’o Feti’a », "l'homme qui regarde les étoiles".



100 ANS DE LA MORT DE MILAN RATISLAV ŠTEFÁNIK
 
Ajouter à mon caddie
  
Fiche technique   

100 ANS DE LA MORT DE MILAN RATISLAV ŠTEFÁNIK
 
Ajouter à mon caddie
  
Fiche technique   
Accueil Aide Contacts Publicité Mentions légales Conditions de vente